Carole Alkabes met en lumière les tatoueurs au travers de son objectif

« Lorsque que je photographie des personnes tatouées, j’ai l’impression de regarder à travers le trou d’une serrure tel un voyeur, plongeant dans le monde intime des passionnés du tatouage. Un voyage psychologique et anthropologique mettant en exergue la diversité et la singularité au coeur même de chaque individu. » commente la photographe Carole Alkabes.

C’est inhabituel. En général, ce sont les personnes tatouées qui sont mises en lumière. Animé de son esprit anti-conformiste, Bomberg prend le contre-pied, et choisit de mettre en lumière l’autre côté. Dans un espace de confiance, les artistes tatoueurs dévoilent leur intime, leur personnalité, leur créativité avec la complicité de la photographe Carole Alkabès.

Sujet différent, singulier. La photographe suisse travaille dans le monde du tatouage partout en Europe. Elle pose un regard sur le langage indélébile de l'art gravé dans la peau. Un regard artistique sur les corps. Et cette fois-ci, sur ceux qui en maitrisent toutes les lignes, les formes, les aspérités, et façonnent les corps des autres. Un regard qui capture notre époque, et fait partie d’un travail en continu centré sur les « aficionados » du tatouage. Comme Bomberg.